Chiens de traîneau

Parmi les races de chiens de traîneau, seules deux espèces sont véritablement originaires de l’Amérique du Nord : le qimmiq et le malamute d’Alaska, contrairement au samoyède et au husky qui, eux, ont migré de l’Asie vers le continent américain.

Jusqu’à l’arrivée de la motoneige et la mise en place de la sédentarisation, le chien de traîneau occupe une place fondamentale dans le mode de vie des Inuits. Robuste et résistant, il leur sert non seulement de moyen de transport, mais leur est utile pour la chasse. Il aide ses maîtres en reniflant les pistes des animaux et en tenant les ours polaires à distance. Grâce à son odorat, il est même capable de repérer les trous dans la glace – appelés agluit – où les phoques viennent respirer : un atout majeur pour les Inuits.

Pour qu’il arrive à parcourir des dizaines de kilomètres lourdement chargé, dans le froid mordant et les redoutables vents du Nord, une alimentation riche en calories et matières grasses s’impose pour le chien inuit. On le nourrit normalement de viande de morse ou de phoque ainsi que de graisse, à raison d’un peu plus de 450 grammes par jour. Le qimmiq peut toutefois en avaler beaucoup plus s’il en a l’occasion! Ce type de viande lui assure un apport calorique suffisant et un pelage lustré.

Dressés dès leur plus jeune âge, les chiots inuits apprennent très rapidement comment tirer un traîneau et être des compagnons de chasse hors pair.

Rares sont les qimmiit qui meurent de causes naturelles ou de vieillesse. Ils sont généralement tués s’ils sont malades ou encore blessés.

Par ailleurs, il n’y a pas de vétérinaire au Nunavik, une situation problématique pour le contrôle des populations canines, les soins de santé animale et la vaccination (notamment concernant les cas de rage, un problème endémique). Toutefois, un guide de premiers soins pour les chiens du nord de la province a été mis en place par le Groupe international vétérinaire (GIV) de l’Université de Montréal. De la fréquence de l’administration des vaccins à l’attention à apporter aux chiots nouveau-nés, en passant par la stérilisation, les médicaments et la façon de soigner des fractures et autres blessures, les propriétaires de chiens trouvent dans ce manuel l’information nécessaire quant aux traitements à dispenser à leur animal en cas de besoin, lorsqu’ils sont en attente d’une réponse d’un vétérinaire ou avant de contacter le service-conseil.

Le qimmiq est malgré lui lié à une controverse survenue dans les années 60. Devenus de moins en moins utiles, du moins aux yeux des gens du Sud, des milliers de chiens inuits ont été tués par des agents de la Gendarmerie royale du Canada et de la Sûreté du Québec. L’excuse officielle était qu’on voulait empêcher la progression d’une épidémie de rage qui faisait des ravages parmi les bêtes, dans le but de protéger la population. Les Inuits croient plutôt que les autorités ont agi de la sorte dans le but de les assimiler plus rapidement. Cet abattage massif a pratiquement mené à la disparition du qimmiq. En 2010, on a exigé réparation et des excuses de la part de Québec et d’Ottawa envers les Inuits, ce qui a mené le gouvernement du Québec à reconnaître ses torts un an plus tard et à verser trois millions de dollars à la Société Makivik, un organisme qui veille, entre autres, à la protection de la culture inuite.

Aujourd’hui, on travaille activement à faire revivre non seulement le qimmiq, mais aussi la tradition des chiens de traîneau au Nunavik. La course Ivakkak est un bon exemple des initiatives mises en place en ce sens. Depuis 2001, des équipes venues des quatre coins du Nunavik parcourent des centaines de kilomètres, à bord de traîneaux tirés par des chiens, comme le faisaient leurs ancêtres. Composée de 8 à 10 chiens et de deux personnes, chacune des équipes doit subvenir à ses besoins et avancer malgré des conditions météorologiques parfois exécrables. Lors de la dernière édition de la course Ivakkak, en 2012, 500 kilomètres ont été parcourus par les participants et leurs valeureux chiens, entre Kangiqsualujjuaq et Kangirsuk.

Autre contenu du même type :
Faune Documents
En savoir plus