Légende inuite de Torngak

Le récit traditionnel inuit de Torngak, ou Tornjak, en est un de cruauté. Dans la légende, Torngak règne sur le peuple inuit. Il contrôle les monts Torngat, où il siège et vit avec son épouse et ses enfants, dans une caverne entre des montagnes noires. La légende raconte qu’il est le père d’un fils et d’une fille, qu’il affectionne grandement.

Torngak, qui aurait le visage d’un vieil homme, est le maître des eaux et des animaux de la mer, comme les phoques et les baleines. Suporguksoak, une entité féminine démoniaque, est la maîtresse de la terre et de ses animaux. Ensemble, ils ont le pouvoir de contrôler tous les animaux.

Un jour, le fils et la fille de Torngak tombent gravement malades. Torngak remue mer et monde et déploie tous les enchantements possibles pour les sauver, mais rien n’y fait. Après des souffrances violentes, ses enfants meurent, laissant Torngak impuissant, avec un sentiment de perte inconsolable au cœur. Torngak sombre alors dans une tristesse profonde et devient un esprit maléfique, cherchant incessamment à venger sa peine.

Dès lors, une colère et une furie terribles l’envahissent. Torngak, animé d’un dessein vengeur,  parcourt le monde dans la seule finalité d’amener les gens vers leur malheur. Avec ses pouvoirs occultes, il met à rude épreuve leur corps et leurs facultés mentales. Peu importe leur âge, il leur cause de la souffrance et leur impose des difficultés. Il souhaite tuer tous les enfants et tous les vivants qu’il croise. Il sème la mort autour de lui, baume à ses propres blessures de père.

Malgré un arrangement d’exil avec Kullugak, Torngak tue ses deux femmes et se débarrasse de l’homme huit jours après. Torngak, pour apaiser son chagrin, ne laisse derrière lui aucun survivant. Il hante les peuples et les tourmente sans cesse.

La mythologie inuite puise ses racines dans l’univers thuléen, régi par des croyances spirituelles chamaniques. Les angakuks, ou chamans, croient qu’un esprit peut habiter un objet, un lieu, un animal, un rocher ou une montagne. Les rites qu’ils observent respectent l’esprit des animaux, qui ont le même langage et les mêmes droits que les Hommes. Les chamans croient que la chasse et la pêche seront vaines sans l’aval de Torngak et de Suporguksoak, car ces deux esprits ont le pouvoir magique d’attirer les animaux. Il ne faut absolument pas que les esprits de la mer et de la terre soient mécontents. Par conséquent, tout ce qui est relatif à la mer est important dans l’héritage mythologique inuit, comme c’est la nature qui nourrit les mortels.

Autre contenu du même type :
Culture Documents
En savoir plus