Les monts Otish

Les monts Otish, un massif qui s’étend sur environ 50 kilomètres de longueur et 20 kilomètres de largeur, sont situés dans le cœur géographique du Québec, à quelque 160 kilomètres au nord-est du lac Mistassini. Ces montagnes s’élèvent majestueusement dans un paysage généralement plat de forêt boréale. Leur hauteur se compare à celle des monts Chic-Chocs en Gaspésie ou encore à celle des monts Groulx dans la région de la Côte-Nord. Formés de plusieurs pics couverts de végétation alpine, les monts Otish se caractérisent par des cuestas, c’est-à-dire des plateaux ayant un seul côté fortement dénivelé, d’environ 750 mètres d’altitude. Le plus haut sommet du massif, le mont Yapeitso, se classe dixième de la province en altitude avec ses 1 135 mètres de hauteur. Les Cris nomment ces montagnes E’weewach, mot qui signifie « là d’où proviennent les eaux », en raison de l’abondance des cours d’eau s’écoulant des sommets. À ce propos, l’explorateur et botaniste Jacques Rousseau, l’un des premiers à parcourir  cette région et à localiser avec précision le massif en 1949, souligne que les monts Otish sont le « pivot hydrographique du Québec ».

Les forêts d’épinettes blanches constituent l’attrait principal de ces monts. L’humidité et le brouillard, qui persistent dans certaines zones à la base des monts, profitent à ce type de conifère qui recherche les milieux saturés d’eau. On retrouve aussi, dans la végétation des monts Otish, le sapin baumier, l’épinette noire, le pin gris, le bouleau blanc, le peuplier faux-tremble et la rare agoseris orangée. Dans les hauteurs, la toundra s’impose avec l’habituelle végétation arctique-alpine de lichens et de mousses. La faune est composée d’orignaux, de caribous et de quelques espèces de grenouilles, crapauds et salamandres. Les points d’eau étant nombreux, plusieurs espèces de poissons y vivent, comme l’omble gris, l’omble de fontaine, le doré jaune et le brochet du Nord.

Un projet de parc national – le parc Albanel-Témiscamie-Otish – est à l’étude depuis 2006 dans la région des monts Otish. S’il se concrétise, il deviendrait le 24e parc de la province protégé et géré par la Sépaq. Sa superficie serait gigantesque : 11 000 kilomètres carrés de forêts, de lacs et de rivières, une étendue plus importante que tous les parcs provinciaux réunis! Les visiteurs pourraient y pratiquer de nombreuses activités : randonnée en traîneau à chiens, canot, kayak, randonnée pédestre, chasse et pêche sportives.

Autre contenu du même type :
Géographie et agglomérations Documents
En savoir plus