Faille de Cadillac

Située au sud du 49e parallèle, la faille de Cadillac est une cassure de la croûte terrestre dont la longueur est évaluée à environ 320 à 350 kilomètres. Elle traverse une partie de la province d’est en ouest, de Val-d’Or à Kirkland Lake, en Ontario, en passant par Rouyn-Noranda. Son nom provient de l’ancienne ville de Cadillac, en Abitibi-Témiscamingue.

Au Québec, l’industrie minière n’est pas encore très développée avant les années 1920. C’est en Abitibi, avec l’exploitation de l’or, du cuivre et de l’argent, que l’industrie connaît une croissance accélérée. La région prospère. Routes et chemins de fer apparaissent; c’est la ruée vers l’or du Québec, le « Klondike abitibien ».

Lors des années 20 et 30, 14 des 15 mines d’or et 4 des 5 mines de cuivre de la province sont établies dans le nord-ouest du Québec. L’expansion du chemin de fer Canadian National, à partir de 1937, provoque l’émergence de villes minières comme Val-d’Or, Malartic et Cadillac. Plus de 50 mines exploitent les gisements de la région entre 1927 et 1950, le long de la faille. Par la suite, des années 50 aux années 70, la région connaît un renouveau minier grâce à  l’exploitation du cuivre et de l’or. En 1978 et 1979, deux mines sont actives au nord de Cadillac : la mine Thompson Bousquet et la mine Doyon.

Riche en minéraux, particulièrement en or, cette faille a permis l’exploitation de ce précieux métal. Plus de 2 000 tonnes d’or ont déjà été extraites de ce gisement. Aujourd’hui, plusieurs mines de différentes compagnies sont en activité  le long de la faille : Iamgold, Agnico-Eagle, Osisko… D’autres sociétés sont toujours à l’étape de l’exploration et comptent entreprendre l’exploitation prochainement.

Autre contenu du même type :
Ressources naturelles Documents
En savoir plus