Phoques annelés et barbus

On retrouve dans le détroit d’Hudson, à proximité duquel se trouve le village de Salluit, deux espèces de pinnipèdes : le phoque annelé et le phoque barbu. Semblable au phoque commun, mais étant de plus petite taille, le phoque annelé (natsiq en inuktitut) séjourne tout au long de l’année dans les eaux arctiques qui baignent l’île de Baffin, fréquente la baie James ainsi que le détroit et la baie d’Hudson. On peut toutefois l’apercevoir le long des côtes du Labrador et à Terre-Neuve, où les femelles mettent bas à la fin de l’hiver. Il arrive que le phoque annelé se déplace jusque dans le golfe du Saint-Laurent, selon la glace qui se forme pendant la saison hivernale sur la rive nord. Il doit son nom aux anneaux gris pâle entourant des taches plus foncées qui parsèment son pelage. D’une longueur approximative de 1,5 mètre – pour le mâle comme pour la femelle – et pesant entre 50 et 70 kilogrammes, le phoque annelé, aussi appelé phoque marbré, est le plus petit des pinnipèdes qui évoluent dans l’océan Arctique. Comme sa population demeure stable, le phoque annelé a le statut d’espèce non en péril. Comme il est protégé par le Règlement sur les mammifères marins et la Loi sur les pêches, un permis est nécessaire pour le chasser. 

Si le phoque annelé est la plus petite des espèces de phoques que compte le Canada, son cousin, le phoque barbu – ou phoque à moustache –, est plus imposant. Pouvant atteindre une taille de 2,5 mètres et un poids de 300 à 400 kilogrammes, le phoque barbu (ujjuk en inuktitut) est doté de longues moustaches, d’où son nom, qui apparaissent droites lorsqu’elles sont mouillées et frisées lorsque sèches. Elles lui sont utiles pour repérer, dans le fond meuble, les mollusques, petits crustacés, calmars et poissons dont il se nourrit. Mis à part les longs poils qui recouvrent son visage, on le reconnaît grâce à son corps trapu, surmonté d’une petite tête. La couleur de la livrée varie d’un individu à l’autre, oscillant entre le bleu gris, le gris et le brun. Le ventre est plus pâle et les nageoires, de forme carrée, sont parfois teintées de rouge – comme le visage chez certains individus – sans doute en raison de la teneur en fer des sédiments dans lesquels ils se nourrissent, selon les scientifiques. L’aire de répartition du phoque barbu comprend l’océan Arctique (sous le 80e parallèle) et l’océan Atlantique, le long du littoral de Terre-Neuve-et-Labrador (sud du Labrador et nord de Terre-Neuve). La mise bas a lieu entre la mi-mars et le mois de mai, sur la banquise. Chaque femelle a un chiot – nom donné au petit du phoque – par année. Quelques heures après sa naissance, le petit est prêt à plonger à l’eau, ce qui est fort utile pour échapper aux ours polaires, dont les phoques constituent la principale nourriture. Contrairement au phoque annelé, le phoque barbu est très peu chassé. Comme les données démographiques de ce mammifère marin sont inconnues, il a reçu le statut « données insuffisantes » de la part du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada  (COSEPAC).

Autre contenu du même type :
Faune Documents
En savoir plus