Matimekosh (les Innus de Schefferville)

La communauté innue de Matimekosh occupe deux territoires qui sont accessibles uniquement par avion ou par train. L’un de ces territoires, la réserve de Matimekosh, se situe au bord du lac Pearce et couvre une superficie de 68 hectares. L’autre, la réserve de Lac-John, est situé à 3,5 kilomètres de Matimekosh et du centre de Schefferville. Elle possède une superficie de 23,3 hectares.  En regroupant les deux réserves, on établit la population à 561 résidents.

Anciennement appelés Montagnais, les autochtones de Matimekosh sont issus de deux communautés : les Innus de Maliotenam, arrivés en 1956, et les Naskapis de Kuujjuaq, arrivés en 1957. Une grande période de famine les oblige à se déplacer vers le Lac-John. En 1972, une réserve est érigée en bordure du lac Dauriat et la plupart des autochtones vont s’y installer, mis à part les Naskapis qui se rendent plutôt vers Kawawachikamach, à environ 15 kilomètres au nord-est de Schefferville. Aujourd’hui, il ne reste qu’une dizaine de maisons appartenant aux Naskapis dans la zone du Lac-John.

Lorsqu’en 1980 la ville de Schefferville est désertée par les Blancs à la suite de la fermeture de la mine IOC, les Innus, malgré la démolition de la plupart des édifices et des maisons de la ville, choisissent de rester. Ils prennent en charge le transport ferroviaire qui relie Sept-Îles à Schefferville et en deviennent propriétaires. La ville profite d’un second souffle économique depuis 2010, avec un nouveau boom minier, et cette fois, contrairement au passé, les Innus sont impliqués dans le développement des projets d’exploitation.

Autre contenu du même type :
Premiers occupants Documents
En savoir plus